fbpx

La vérité sur la laine superwash

La laine superwash : tu connais ? Souvent, on voit ce petit mot sur les étiquettes de laine que l’on peut laver en machine, mais à quoi cela correspond-il vraiment ? Est-ce que c’est écologique ? Aujourd’hui, je vais développer ce petit terme bien obscure avec toi.

Qu’est-ce que c’est la laine superwash ?

La laine superwash est une laine qui est lavable en machine et qui par conséquent ne feutre pas et ne rétrécit pas.

La fibre de laine est composée de petites écailles qui entoure le noyau interne. Ces écailles sont dites hydrophobes, ce qui signifie qu’elle n’absorbe pas l’eau. Le noyau interne, cependant, est hydrophile, ce qu’il signifie qu’il absorbe facilement l’eau.

Ce noyau hydrophile donne à la laine sa capacité à absorber près de 30% de son poids en humidité sans être “mouillée” ou être ressentie comme telle. En effet, l’eau reste à l’intérieur de ce noyau et les écailles (qui correspondent à la surface qui est en contact avec ta peau) hydrophobes te feront te sentir au sec.

C’est cette structure qui permet à la laine d’être une fibre qui respire et qui te permet de transpirer sans inquiétude (vu que l’eau de sudation est récupérée par la fibre de laine en elle-même). Bonus : la laine naturelle sèche relativement rapidement et ne retient pas les odeurs. C’est pas génial ça ?

La surface écailleuse des fibres de laine crée un effet “Velcro” lorsqu’elles se frottent les unes contre les autres. Cette caractéristique est également la raison pour laquelle tu ne dois pas exposer ta laine à des changements de températures trop brusques (si tu plonges ta laine dans l’eau chaude, les écailles de la fibre se soulèvent). Une diminution progressive de la température permet aux écailles de revenir à leur état normal. Cependant, s’il y a une baisse soudaine de la température, cela choque la fibre. Les écailles alors s’emboîtent et se lient les unes par rapport aux autres. C’est ainsi que le feutrage se produit.

Comment on rend une laine “superwash” ?

Il existe trois méthodes pour rendre une laine superwash.

L’une des méthodes consiste à induire la fibre d’un polymère ou d’une résine pour sceller les écailles de la fibre, les empêchant ainsi de se frotter et de se lier les unes aux autres.

La deuxième façon de rendre une laine superwash est de donner à la fibre un bain acide pour éliminer les écailles. Pour les “remplacer” un autre traitement est fait pour créer un revêtement synthétique qui rendra la laine plus résistante aux changements de températures. Ce traitement la rendra également plus tolérante aux frottements, ce qui évite à la fibre de feutrer et de rétrécir.

Enfin, il y a le traitement Kroy-Ercosett. Il combine les deux méthodes précédentes ce qui donne un fil très rond et plus fin qu’un fil classique. Ce procédé a l’avantage d’absorber extrêmement bien les colorants.

Cependant, tu l’auras compris en enlevant la surface écailleuse de la fibre, on lui enlève ces propriétés hydrophobes et respirantes. Bien que la caractéristique soit toujours présente grâce au revêtement chimique, la surface du fil que tu touches n’est plus de la laine naturelle. C’est comme si ta laine avait été plongée dans un bain pour la recouvrir de plastique.

L'étole pour surclasser le froid

La dentelle si belle ❄️

1 patron tricot ⛲; 1 conte 🦉 à lire et à écouter

Mais est-ce que ça a un impact environnemental ?

Oui, le processus superwash utilise de grandes quantités d’eau ainsi que des substances dangereuses (acide, potasse, traitements alcalins divers et variés mais je ne vais pas tout te décrire ici, si tu as envie d’en savoir plus, tout est décrit dans le brevet d’origine pour Hercosett (résine polyamide-épichlorhydrine) déposé par Hercules Powder Co, inventé par John D Floyd, en 1957.

Le gros problème est donc le traitement des eaux usées utilisées pour ce processus et la réglementation des différents pays dans lesquels tu te fournis. Ainsi, certaines laines européennes ne sont pas très “propres” car la fibre qu’ils utilisent est traitée dans des pays dans lesquels les standards sont plus bas (voir inexistants).

Quelles sont les alternatives ?

Personnellement, j’essaie de ne plus utiliser de laines superwash pour des raisons personnelles et éthiques qui me sont propres. Tu as le choix de continuer à les utiliser ou pas, c’est toi qui décide, mais il me semblait quand même important de t’expliquer de quoi il en retournait.

Si tu cherches des laines respectueuses, regarde du côté de ces fournisseurs français :

Belle Laine , ils proposent des laines respectueuses de l’environnement dont la production a un impact minimum sur la nature

Big Bad Yarn, elle utilise des fournisseurs de confiance ou des laines non superwash

Les Toisons bretonnes, elles proposent des laines 100% made in Bretagne

Laine à l’Ouest, elles proposent des laines faites avec des races de moutons 100% locales

Les laines du Marquenterre, une petite entreprise qui propose des laines naturelles. Partenaire avec la filature du Hibou, une filature de fibres naturelles qui respecte la fibre d’origine.

prête à vivre l'incroyable ? 😍

Tricote et vis un conte de fée

1 patron tricot 🍂 & 1 conte 🐱 pour s'évader

La dernière radio.

Rejoins les 7000 triconautes.

reçois mes mails privés avec des astuces pour te perfectionner en tricot, t'aider à améliorer ta pratique et devenir une meilleure triconaute. ❤️

Les plus populaires

ça pourrait te plaire.

6 commentaires sur “La vérité sur la laine superwash”

  1. Merci pour cet article complet, qui nous éclaire un peu plus sur les laines.
    Il suffit de prendre le temps de laver avec soin son tricot, pour ne pas l’abimer,
    Les gens veulent de plus en plus aller vite, alors on leurs fournit des produit” miracle” qui au finale apporte plus de négatif que de positif.
    Ma résolution en me mettant au tricot est de tricoter moins mais mieux: je prends mo temps, choisit avec précaution ma laine ( locale si possible, française, respectueuse de la nature des animaux, des hommes mais aussi de mon corps.
    certes elle sera plus cher, mais j’aurais plus de plaisir avec un beau pull. Sinon si je peux j’achète d’occasion des lots, une façon limiter aussi le gaspillage, et en même temps tricoter moins cher.
    En temps que triconautes on a aussi notre part ” du colibri” à faire pour l’environnment.

    1. Bonjour Cécile, je te remercie de ton commentaire. Je suis d’accord avec toi, le tricot est aussi un moyen de participer au soutien de l’environnement (tricot et zéro déchet sont très liés). Tricoter des laines plus chères c’est un moyen de dire stop à la fast fashion qui produit toujours plus de laine ou de vêtements dans des conditions pas toujours top… Il vaut mieux se concentrer sur de petits producteurs.

  2. Patricia Riault

    Merci pour cet article Jaenelle, ce qui me conforte dans le fait d’essayer de tricoter les patrons des catalogues avec des laines provenant de filatures françaises non superwash. Je reviendrais au lavage à la main, mais ce sera pour la bonne cause.

    1. Bonjour Patricia 🙂 Oui je pense que c’est important de dire à quoi correspond ce petit mot. J’ai vu qu’il existait d’autres producteurs qui indiquait leurs laine non superwash comme Maison Corlène par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoins les triconautes.