5 mythes autour du tricot

Les gens ont de nombreux préjugés sur le tricot, d’autres encore croient à des mythes autour de celui-ci. Je ne peux pas te dire le nombre de fois où l’on a demandé qu’est-ce que je pouvais bien faire avec une paire d’aiguilles à la main ! (Ben oui ma p’tite dame, c’est plutôt un truc de vieux le tricot, pas comme vous qui êtes toute jeune). Ne t’inquiète pas, aujourd’hui ce genre de remarques ne me fais plus ni chaud, ni froid. Il existe de nombreux mythes sur le tricot dont certains sont même perpétués par des triconautes chevroné(e)s. Nous allons voir 5 mythes autour du tricot ensemble.

1. Le tricot utilise moins de fil que le crochet

Les études disent que c’est vrai… Enfin, pour être sincère, la différence est vraiment insignifiante. On s’est même rendu compte que le point qui utilisait le moins de laine était le jersey ! Le point mousse est le point qui utilise le moins de fil dans tous les cas.

Alors ne t’inquiètes pas, tu peux tricoter autant que tu le souhaites. Sois juste bien conscient(e) que le point mousse et le crochet te demanderont un peu plus de fil, mais inutile de perdre toute ton eau par sudation excessive 😉

2. Le tricot est plus difficile que le crochet

Faux, faux et archi-faux !

La vérité est que tout cela est très subjectif. Le tricot m’est venu assez rapidement, mais le crochet auquel je m’essaie de temps en temps me demande bien plus de temps, notamment pour comprendre les logiques de construction.

Tout dépend de toi, de ta facilité à voir les choses (car le tricot et le crochet n’ont pas les mêmes logiques de construction) et de ta rapidité de compréhension par rapport à ces deux activités. C’est donc personnel et seulement ton expérience te permettra de dire si tu as trouvé le tricot ou le crochet plus facile ou pas.

3. Les torsades sont difficiles à faire

C’est faux !

Il est vrai que les torsades sont plus difficile que le jersey ou le point mousse standard, et même si elles semblent plus complexes que d’autres techniques (qui sont pourtant tout aussi complexes), il n’en est rien. N’importe quel triconaute qui s’est plongé dans les torsades vous dira qu’il ou elle aurait souhaité ne pas avoir attendu si longtemps pour les essayer.

En soi, la réalisation des torsades demande un peu d’entraînement. La conception des torsades vient de l’ordre dans lequel tu tricotes ces torsades (devant ou derrière ton ouvrage) et du nombre de mailles que tu tricotes : c’est tout ! Alors respire un grand coup et lance-toi dans les torsades !

J’ai fait une vidéo pour t’aider à te lancer et d’autres encore si tu souhaites tricoter de nouvelles torsades 🙂

4. Le tricot c’est bon marché

Il est loin le temps où le tricot et la couture étaient rentables et pouvaient être effectués pour des raisons pratiques. Voyons deux cas :

Tu cherches à tricoter un pull en acrylique admettons que tu ais besoin de 1600m de fil. Tu pourras trouver des packs de 10 pelotes pour une vingtaine d’euros… C’est le plus bon marché possible et pourtant, tu pourras trouver des pulls en acrylique dans à peu près n’importe quel magasin pour moins cher.

Si tu cherches à tricoter toi-même un pull en laine. Tu pourras t’en sortir pour 40 ou 50€ dans une laine avec un mélange (peut-être même avec du pur laine) , mais la plupart du temps, si tu souhaites une belle laine, on tournera plus autour de 80 – 100 € pour un pull.

En réalité, on devrait tricoter nos pulls parce que l’on aime tricoter et parce que les vêtements tricotés à la main sont uniques et nous permettent de nous ancrer dans une démarche différente par rapport à notre consommation de vêtement. Je considère que je “gagne plus d’argent” à tricoter des éléments de tricot certes plus chers mais d’excellentes factures avec une belle laine parce qu’ils dureront plus longtemps que des pulls du commerce.

5. Le tricot est stéréotypé

Voilà un mythe qui a la peau dure. C’est malheureusement vrai. Je me souviendrai toujours de ce prof de fac qui est venu me voir alors que j’étais en train de tricoter et qui m’a sorti : “Tu tricotes ? Tu es donc enceinte ?” Et qui voyant ma tête, s’est empressé de rajouter : “Je pensais que seules les veilles et les femmes enceintes tricotaient”… Je pense que mon visage est passé par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel à ce moment-là.

Malheureusement, le tricot conserve toujours cette image d’epinal qui lui colle à la peau. Tu sais cette image où on imagine une grand-mère tricoter au coin du feu dans une chaise à bascule ou un fauteuil avec un chat sur les genoux. Au fil de ma pratique, j’ai cependant pu observer des triconautes incroyables :

– une jeune fille tricotant des chaussettes en attendant le bus
– un ingénieur qui tricote des chaussons pour sa petite amie
– une enfant fière de pouvoir créer les vêtements de sa poupée
– un homme qui m’annonce qu’il a appris le tricot grâce à mon blog et mes vidéos
– une dame âgée qui a tricoté un châle extraordinaire complexe qui ferait pâlir d’envie n’importe quel triconaute.

Oui, le tricot est stéréotypé, mais c’est encore plus l’occasion de montrer que ce n’est pas le cas et que n’importe qui peut tricoter et se sentir bien avec ses aiguilles et dans ses tricots 🙂

Alors à tes aiguilles !

Et toi quels sont les autres mythes que tu souhaites briser à propos du tricot ?

4 commentaires sur “5 mythes autour du tricot”

  1. Merci pour cet article qui éclaure bien.
    Cgez moi tricot et crochet don’t complémentaire. J’ai commencé par let crochet, pour la maniabilité. Je n’ ai fair que Des petites choses, je continue pour la meme raisin, c’ezt moons évudent de tricoter de petite choses.
    Je me suis mise au tricot, et he m’apperçois que let crochet m’apporte des solutions de plus: couture’s, refaire une bordure, rabatre Des mailles etc
    Je suis d’ Accord avec toi, trcoter in Beau pull avec une Belle Laine de binne qualité, rends durable le pull.
    Il faut Pender économie à long term, comme in investisment.
    Si on compare, avec acheter, ou trcoter in pull à bas prix, s’ il faut renouveler le pull apres in an, voire meme in our deux lavage, l’ économie n’ est pas au rdv.
    C’ est pourquoi en tricot et meme Dan’s mes achats, je choisi de consimmer moons mais mieux.

    1. Coucou Cécile, je suis contente que l’article t’ai plu 😀. C’est exactement ça, le tricot a au moins deux qualités notables : il nous pousse a créer et à nous améliorer et en plus permet de faire des économies en étant dans le durable ☺️. Je suis contente de voir que d’autres triconautes partagent cette philosophie du tricot 😘

      1. Désolé, pour l’écriture! j’ai écris avec mon portable et le clavier a du passé en anglais, du coup les mots ont été convertis. ça fait un drôle de charabia.

        1. Pas de souci, je m’en doutais un peu ;). Ne t’inquiète pas, je suis experte pour décrypter les claviers capricieux 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *